Sollicités par les ministères en charge de l’Environnement et de l’Agriculture, le CNRS, l’Ifremer, l’INRA et Irstea ont produit un rapport permettant d’identifier les facteurs et niveaux de risque d’eutrophisation. Présenté lors d’un colloque le 19 septembre à Paris, le rapport de l’expertise scientifique collective (ESCo) sur l’eutrophisation dresse un état des lieux critique sur les connaissances actualisées des causes, des mécanismes, des conséquences et de la prédictibilité de ces phénomènes.

Powered by WPeMatico